Détails

 

Nos couleurs flottent sous la barre de flèche babord : la ville de Lyon pour Cath et le drapeau savoyard pour Bruno

 

 

MISE EN ŒUVRE

Comme tous rêves, ce projet de grand départ a mis un certains temps à murir dans nos esprits… C’était un rêve de toujours, nous en parlions depuis le premier jour en sachant qu’un jour nous partirions… et petit à petit nous avons construit ce départ.

 

En amarinant nos quatre enfants tout d’abord car il n’était pas envisageable pour nous de leur faire « subir » ce projet sans qu’ils ne soient partie prenante. Ils ont navigué avec nous dès leur plus jeune âge, s’habituant aux contraintes de la mer mais aussi aux joies de la découverte de nouveaux horizons. Ils ont appris à barrer, à régler l’allure, à lire la cartographie, à se repérer en mer, à réagir en cas de problème grave, à respecter les règles imposées par le chef de bord, leur papa, à vivre cette promiscuité qu’impose la vie à bord… Ils ont adhéré au projet…

 

En choisissant le bateau, ensuite, qui nous emmènerait tout au long de ce périple. Un choix réfléchi après plusieurs années de navigation en famille à bord d’un Sun Légend 41.

Il nous a semblé cohérent de choisir un monocoque. En effet, la plupart des familles en partance opte pour un catamaran acheté puis rapidement revendu au retour. Pour nous, le monocoque s’imposait. D’abord pour sa rapidité et son aspect plus véloce mais aussi parce que notre choix allait sur un bateau qui nous suivrait pour les années à venir et nous accompagnerait en week-end, en vacances et sur d’autres aventures comme la découverte du Spitzberg…

Un dériveur nous a semblé un plus majeur compte tenu du parcours que nous avions établi : fleuve Saloum et Casamance au Sénégal et nombreux lagons sur l’Arc Antillais. Nous aurions ainsi la possibilité de s’approcher au plus près et de remonter les fleuves et rivières.

Une coque aluminium enfin fut un choix délicat étant donné le coût financier impliqué mais une condition de sécurité qui nous semblait importante emmenant à bord quatre enfants et envisageant de longues traversées qui risqueraient de nous faire rencontrer baleines ou containers égarés.

Ces différentes options étant choisies, il nous restait à élire un chantier naval. Du chantier très confidentiel au chantier plus courant, l’aluminium ne réunit que quelques enseignes. Le Salon Nautique à Paris et le Grand Pavois à La Rochelle nous ont permis de rencontrer les différentes équipes et d’approfondir notre connaissance des bateaux.

Nous avons eu un coup de cœur pour le chantier ALLURES !!!! D’abord pour le bateau, un Allures 45, élégant, racé, rapide… Puis pour l’équipe capable de s’adapter à nos besoins, une grande famille mais un budget serré. Et enfin nous avons été sensibles à l’état d’esprit du chantier car pour nous ce bateau représente une partie de notre vie et il était important qu’il soit issu d’un chantier dont on partage les principes. Une équipe jeune dans laquelle nous pouvions nous identifier, des dirigeants accessibles, ouverts et sympathiques…

Ce sera donc un Allures 45, la commande est passée en Novembre 2010 pour une livraison en Septembre 2011.

 

En organisant notre départ, il fallait organiser notre changement de vie pour cette grande parenthèse : louer la maison pour une année, trouver une remplaçante pour le cabinet de Catherine, mettre en suspend les missions de Bruno et préparer le changement de rythmes scolaires des enfants.

La location de la maison fut un souci car cela représentait un poids financier et sans cela l’équilibre du projet était en péril. En passant par des agences spécialisées, nous avons confié cette mission à des experts et le résultat fut concluant : location semi-meublée en bail précaire pour une durée d’un an, renouvelable éventuellement. Cela nous laisse la liberté de prolonger si l’envie s’en faisait sentir, cela nous permet de ne pas TOUT déménager et de garder une certaine liberté d’action.

La question de la « parenthèse » professionnelle était également délicate… Pas de congé sabbatique en profession libérale et en indépendant… Alors nous avons opté pour la prise de risque avec une remplaçante pour le cabinet d’orthophonie de Catherine pour une durée d’une année complète avec le risque de décevoir certains patients et de perdre une partie de la patientèle… et une mise en suspend des missions de Bruno comme consultant. Le retour risque d’être périlleux  après un break d’un an mais c’était pour nous la seule solution pour réaliser ce rêve…et nous avons toujours aimé prendre risques…

Organiser la future scolarité des enfants s’articulait avant tout autour de la rencontre des équipes enseignantes actuelles et de l’accueil qu’elles feraient à notre projet. Nous voilà donc en route pour rencontrer la directrice et les deux maîtresses de Romane en CE2 et Paloma en Grande Section de Maternelle de l’école Jean de la Fontaine. Surprises d’abord, elles ont accueillies le projet avec enthousiasme et sont partantes pour participer à des échanges avec des classes de SIWO, petit village au cœur du Saloum au Sénégal dans le cadre de notre projet de solidarité avec VSF. Elles nous aideront comme elles le peuvent à préparer le départ des filles et nous conseilleront pour l’année avec le CNED.

Restait à informer le collège St Thomas d’Aquin des aînés, William en 4° et France en 5°. Là encore le projet fut très bien accueilli avec une réaction très positive du directeur que nous avons beaucoup appréciée… Il nous a confirmé que l’apprentissage fait par le CNED était de très bonne qualité et permettait aux enfants de réintégrer leur niveau scolaire sans difficulté. Il a également insisté sur la richesse d’une telle aventure et l’intérêt pédagogique pour nos enfants.

Concrétiser l’inscription au CNED se ferait donc naturellement début juin dès l’avis des passages en classes supérieures…

 

 

RETROPLANNING

Le bateau commandé en Novembre 2010 fut bien livré comme prévu en Septembre 2011 lors du Grand Pavois. Le chantier nous avait demandé la possibilité d’exposer Varatraza à La Rochelle et c’est avec une certaine fierté que nous avons, bien sûr, accepté. Avec une cabine avant réalisée spécifiquement pour s’adapter à notre famille, le chantier pouvait communiquer sur leur capacité d’adaptation aux besoins et cela remporta un vif succès.

Restait la traversée de La Rochelle à La Grande Motte pour le ramener dans un port méditerranéen plus proche et qui nous permettrait de descendre régulièrement à bord le préparer.

20 jours ont été nécessaires à Bruno avec un équipage de copains sympas, Philippe, Stéphane et François d’abord, puis Philippe, Eric et Nicolas ensuite, pour affronter les vents d’Est dans le détroit de Gibraltar et enfin arriver à bon port. Ce fut une traversée très calme du Golf de Gascogne suivi d’une remontée permanente au près jusqu’aux Baléares et enfin un vent portant permettant de rejoindre La Grande Motte.

L’hiver fut bien occupé en préparatifs de tout genre sur le bateau et en organisation matériel à Oullins. Nous avons apporté quelques modifications au bateau (pose de panneaux solaires, d’un tangon de spi, de matériel de sécurité…) et quelques aménagements intérieurs supplémentaires.

Organiser le suivi de notre administratif ici avec un correspondant qui aurait les procurations sur nos comptes, organiser le suivi médical nécessaire à un grand voyage avec vaccins, trousse de pharmacie conséquente et formation médicale en situation d’isolement…bref organiser tous les détails qui feront que l’aventure sera réussie.

Nous avons profité du week-end de la Pentecôte pour baptiser dignement Varatraza2 grâce à sa marraine, notre amie Raphaëlle, qui a arrosé comme il se doit le bateau de champagne et en a profité pour arroser ses occupants…

Le mois de juillet nous permettra de tester une ultime fois le bateau avant le grand départ en faisant un aller/retour en Tunisie…

Et puis viendra le début du mois d’Août qui signera le départ définitif. Première escale prévue à Ibiza pour retrouver un petit groupe d’amis qui nous est cher et passer ensemble une dizaine de jours de vacances…puis direction Gibraltar et le Tour de l’Atlantique….

 

Se réalise aujourd’hui un projet de toujours, un projet comme on en a peu dans une vie…nous sommes conscients de la chance que nous avons et allons en profiter à fond.